Depuis maintenant des dizaines d’années, la Corée du Nord s’oppose fortement à la civilisation actuelle et vit en autarcie quasi totale. Considérée comme l’un des pays les plus fermés du monde, la Corée du Nord continue sa guérilla contre les pays occidentaux. Dans un rapport paru récemment, les Nations unies révèlent donc que la Corée du Nord aurait subventionné son programme nucléaire en volant plus de 300 millions de dollars. 

Plus de 300 millions de dollars volés 

Kim Jung-Un, le président dictateur de la Corée du Nord aurait donc créé, en 2020, une équipe de hackers afin de récupérer plus de 300 millions de dollars dans un grand nombre d’entreprises partout dans le monde. En effet, vous ne rêvez pas, selon un rapport ds Nations Unies, ce pays aurait donc réussi à financer son programme nucléaire très lourd avec des cryptomonnaies volées. 

Les Nations Unies après la découverte de ce rapport ont donc décidé de poursuivre ce pays pour de nombreux autres crimes. En premier lieu, le programme nucléaire, quel que soit son financement, est une violation du code international puisque des sanctions sont toujours en cours concernant la Corée du Nord. En dehors de cet aspect, le deuxième aspect qui a fait bondir cette organisation mondiale est le fait que ces programmes de balistiques ont été payés par des attaques cybercriminelles auprès d’entreprises sud-coréenne et mondiale. Au total, le montant volé représenterait plus de 316,4 millions de dollars américains ce qui représenterait la plus grande escroquerie jamais vue. 

Pour effectuer ce vol, Kim Jong-Un aurait donc décidé de créer une équipe de cybercriminels afin d’effectuer des milliers d’attaques auprès de sites internet d’entreprises en vue de voler des informations et de les revendre contre des cryptomonnaies. Bien évidemment, l’aspect qui nous intéresse est le fait que de nombreuses plateformes d’échanges de Bitcoins ont été attaquées par ces pirates informatiques. Bien sûr, des sanctions vont être mises en place afin de sanctionner fortement le pays qui continue d’outrepasser les sanctions déjà entreprises. Par ailleurs, un grand nombre d’états ont déjà fait savoir qu’ils s’inquiétaient pour les relations avec ce pays. 

Les cryptomonnaies au centre de nombreuses escroqueries 

Bien qu’une escroquerie dans ce genre et de cette ampleur soit complètement nouvelle, les cryptomonnaies ont toujours été une monnaie d’échange pour un grand nombre de fraudes et criminalité. En effet, selon les chiffres officiels, en 2020, plus de 3% des échanges concernaient des activités criminelles partout dans le monde. Bien évidemment, ce pourcentage est à mettre en corrélation avec le fait que les échanges ont drastiquement augmenté. Toutefois, il faut reconnaître que c’est un taux qui est inquiétant pour la suite des événements. 

Comme l’a précisé Christine Lagarde, présidente de la Banque Centrale européenne, les cryptomonnaies ne sont pas inquiétantes en tant que tel, mais c’est l’absence de réglementation et de sanctions qui pose problème. Pour elle, tant que la part de criminalité sera si haute, les cryptomonnaies ne pourront pas être démocratisées et utilisées partout dans le monde. L’important est donc de créer une réglementation et une traçabilité afin d’éviter les activités criminelles liées.

Partager
Article précédentLe Nigéria bannit le Bitcoin de son économie
Article suivantLe G7 se prépare à imposer les gains en cryptomonnaies
Paul Fabre
Paul est un journaliste spécialisé dans la finance et tout particulièrement concernant la blockchain et les crypto-monnaies. Nouveau dans l'équipe de rédaction, il se chargera principalement de parler des toutes dernières actualités autour du bitcoin mais aussi des altcoins. Contact : paul@achat-bitcoin.fr

Commenter

Commentaire vide !
Entrez votre nom