Depuis quelques années, elle a commencé par faire parler d’elle. Différente des autres, la monnaie numérique, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, est une monnaie virtuelle alternative. En dehors de sa forme virtuelle qui constitue l’une de ses premières caractéristiques, elle demeure un concept encore ambigu pour de nombreuses banques et gouvernements. Mais pour mieux cerner cette monnaie, plusieurs institutions font des expériences quotidiennes. C’est le cas de la Banque des banques de la Suisse. Qu’est-ce qu’en réalité la monnaie numérique ? Quels en sont les points positifs et négatifs ? Quelles sont les expériences de la Banque centrale suisse dans le domaine de la monnaie numérique ?

La monnaie numérique

À l’opposé des billets ou des pièces qui sont des monnaies physiques, la monnaie numérique est une monnaie virtuelle, électronique. Elle regroupe plusieurs termes que sont entre autres :

  • l’e-money ;
  • la cryptomonnaie ;
  • la monnaie électronique ;
  • et la devise électronique.

Elle permet non seulement de faire des transactions physiques (achat de biens et services), mais aussi des transactions en ligne.

La monnaie numérique fonctionne par le biais d’un système dit d’horodatage et par cryptographie et présente plusieurs avantages. On peut évoquer notamment le faible coût de transaction engendré par son utilisation, la rapidité des transactions et l’anonymat qu’elle garantit. De même, la monnaie numérique a l’avantage d’être infalsifiable et inviolable.

Toutefois, contrairement à la monnaie traditionnelle ou physique émise par les institutions bancaires, la monnaie numérique quant à elle échappe aux contrôles légaux. Les utilisateurs conservateurs se trouvent donc réticents quant à son usage. Vu son essor devenu de plus en plus fulgurant depuis 2019, plusieurs règlements établis et plusieurs tests sont faits afin de garantir son utilisation par tous.

La banque suisse et ses expériences avec la monnaie numérique

Cette première expérience dans le cadre de la mise au point par la Banque centrale suisse d’une monnaie numérique de gros. De concert avec la Banque de Règlements Internationaux (BRI), la banque centrale des banques centrales et l’exploitant SIX ont effectué une étude portant sur les aspects légaux de l’introduction d’actifs numérisés a été menée.

Elle porte sur deux approches. La première approche a étudié l’émission de monnaie électronique via une plateforme de registres distribués abrégée DLT (Distributed Ledger Technology) en anglais. La seconde approche a trait à la connexion de la plateforme au système de paiement de gros. Expérience fructueuse, il ressort que le projet « Helvetia » mené par la Banque centrale suisse en vue d’une création de monnaie numérique est légal viable et faisable. D’un accès limité, cette première expérience concerne seulement les établissements financiers et les banques.

Les avantages et les inconvénients de ces expériences

Jugée concluante, cette première expérience a permis de tirer certaines conclusions actives sur le système financier. On retient en l’occurrence que l’introduction de la monnaie numérique améliorerait les transactions des actifs numériques. Aussi, elle améliore les échanges entre les différentes institutions.

Toutefois, elle peut être sujette à plusieurs difficultés d’une part en matière de juridique et d’autre part dans le domaine de la gouvernance. D’après les études, la seconde approche ayant trait à la connexion de la plateforme aux différents systèmes de paiement serait exempte de quelques obstacles. Malgré cet atout, cette approche ne permettrait pas de profiter de tous les avantages d’une complète intégration.

Les perspectives sur la monnaie numérique

Afin de mieux approfondir les contours de la monnaie numérique, la Banque centrale suisse prévoit d’autres tests. Ceux-ci auront pour but de comprendre davantage les conséquences pratiques et légales d’une monnaie numérique de gros. Ils permettront également d’anticiper sur les risques et avantages, mais aussi d’établir un équilibre.

De même, des études doivent être menées pour garantir, quelles que soient les technologies employées, la sécurité et la fiabilité du système financier suisse. Enfin, pour arriver à une monnaie utilisée par le grand public, de nouvelles études s’imposent.

La monnaie numérique est une innovation à laquelle les institutions financières légales ne peuvent échapper. Une meilleure maîtrise des contours de cette monnaie permettrait de circonscrire les éventuels dégâts et d’en faire une norme.

Partager
Article précédentLes clients des Wallets Crypto Ledger sont inquiets
Article suivantOuvrir un portefeuille Bitcoin en 5 minutes en 2021
Jacky Giang
Jacky, aka votre "Conseiller" sur achat-bitcoin.fr est un early adopter du Bitcoin depuis 2011. D'abord intéressé par la technologie, du minage à l'unité de compte, il a passé de très longues heures à en apprendre plus sur la blockchain et le principe de monnaie décentralisée. Habitué des places de marché et de l'utilisation des crypto-monnaies, je souhaite par ce site Internet aider à la démocratisation des monnaies comme le Bitcoin, Litecoin ou Peercoin.

Commenter

Commentaire vide !
Entrez votre nom